PRADEL Benjamin

b.pradel@kaleido-scop.eu

CV et références en ligne Twitter

Benjamin Pradel est diplômé de l’IEP Grenoble (2004), de l’Institut Français d’Urbanisme (2005) et docteur en sociologie urbaine (2010). Après 9 ans passés dans la recherche publique, il est aujourd’hui consultant-chercheur en mobilités et études urbaines. Entre recherche et action, il développe une activité de sociologue conseil appuyé sur une expertise en mobilités durables (périurbaines, piétonnes, électriques, collaboratives), maîtrise d’usages (espace, objets, dispositifs techniques) et innovation dans la fabrique de l’urbain (espaces publics, coproduction, chrono-urbanisme, maîtrise d’usage), habitat et territoires (pratiques d’habiter, image identitaire, cohésion, échelles d’action, tourisme).

A la croisée de la sociologie, l’urbanisme et la géographie, son approche par les rythmes, lui permet de saisir les changements et les permanences dans l’évolution des modes de vie et des territoires. Auteur de plusieurs écrits scientifiques, il a participé à de nombreuses conférences et projets de recherche-action.

=> Il met ses compétences au service des entreprises, institutions et collectivités dans la production d’études et de recherches thématiques à portée scientifique et techniques.

=> Il intègre les équipes d’AMO en projets urbains (concertation/participation, maîtrise d’usage, diagnostic socio-spatial, analyse des mobilités, jeux d’acteurs, développement territorial...) pour y apporter expertise de terrain, recommandations opérationnelles et prospectives (APS, APD).

=> Il dispense des conférences, formations professionnelles et cours à la demande avec plus de 500h d’expérience pédagogique.

=> Il propose une offre de "sociologue conseil" pour accompagner entreprises et collectivités sur leurs projets et marchés, travaillant le sens des orientations, mots et actions concrètes.

Il s’appuie sur des méthodes de recueil et d’analyses concrètes (entretien, observation, présence prolongée, participation) nourries de connaissances théoriques et d’une veille opérationnelle permettant de mieux comprendre pour mieux relever les enjeux autant spatiaux, sociaux qu’environnementaux du développement des territoires de la ville de demain.


- ARCHIVES -


Mobilité, célérité et inégalité. Essai de rythmanalyse sur la polychronie sociale

Posté par PRADEL Benjamin • Avril 2016

Je viens de publier un article de fond sur le site Rhuthmos. Il parle de mobilité, de rythme sociaux et d’inégalité. Bonne lecture !

Références : « Mobilité, célérité et société. Essai de rythmanalyse sur la polychronie sociale », Rhuthmos, 13 mars 2016 [en ligne]. http://rhuthmos.eu/spip.php?article1746

Le concept de mobilité embrasse à la fois la grande échelle des mouvements des personnes, objets, capitaux et informations à travers le monde et les processus plus locaux des déplacements quotidiens, des mouvements dans les espaces publics et du transport des objets au jour le jour (Hannam, Sheller, Urry, 2006). La mobilité serait devenue le marqueur majeur du fonctionnement des sociétés contemporaines, un terme central du XXIe siècle et un élément de discours puissant qui crée ses propres effets et environnements. Nous serions entrés dans une organisation sociale caractérisée par le mouvement, déconstruisant et réinterrogeant alors notre rapport aux temps et aux rythmes. L’enjeu ici est de questionner, sous forme de synthèse, le rapport analytique entre la mobilité et le rythme pris comme concept, méthode et paradigme.

La suite ici : http://rhuthmos.eu/spip.php?article1746


Des usages aux projets et inversement : le court terme, un outil pour expérimenter et faire la ville autrement ?

Posté par PRADEL Benjamin • Février 2016

La tendance est à la multiplication, l’intégration voire l’institutionnalisation d’actions de court terme dans les logiques de long terme des projets urbains réalisées sur des modes expérimentaux, participatifs, ludiques, militants et de manière plus ou moins institués. Elles sont portées par des agences, collectifs, groupements, associations revendiquant une action sur la ville davantage du bas vers le haut. Prenant des formes variées, ces actions de court terme injectent dans la chronologie de l’urbanisme traditionnel des situations capable de stimuler, évaluer, questionner et intégrer les usages et la parole, notamment habitante d’un côté et la pratique urbanistique de l’autre confrontés à de nouveaux défis.

0 | 10