Innovation Sociale



Dans les processus d’innovation, nous suivons une démarche circulaire, ou plutôt en spirale : d’une nécessaire immersion (à travers des focus group, une observation participante, des enquêtes et entretiens), nous travaillons avec les instances de pilotage pour préciser des stratégies, nous animons des espaces de concertation et de créativité (facteurs de problématique partagée), pour identifier les divergences et les convergences possibles, afin d’aller vers l’élaboration de plans d’action stratégique. Et la démarche reprend, s’adaptant, consciente de l’évolution des paradigmes et des changements de contextes.

L’importance de penser le cheminement des idées et des innovations Les vertus intrinsèques à une pratique innovante ne sont pas en soi un gage de sa diffusion, c’est-à-dire de son appropriation par d’autres professionnels ou par d’autres structures. Par exemple, un jeu pédagogique, sensibilisant, animé par une association faisant ses preuves face à certains publics, ne va pas forcément être repris par d’autres structures ; une pratique de recrutement spécifique à une entreprise n’est pas transférable telle quelle à une autre. Pour le devenir, il faut l’exposer à la controverse dans des espaces publics (ex. celui de la communauté urbaine) et des espaces pluriels de travail, comme l’ont montré les travaux de Michel Callon et Bruno Latour.

Nous partons de l’idée que la capacité d’une pratique ou d’un outil d’être porté et diffusé dépend in fine de sa plasticité. En se l’appropriant, les acteurs du réseau d’innovation adaptent et donc déforment en partant de leur point de vue, leurs contraintes et leurs possibles.

Un outil de référence pour penser collectivement l’innovation : l’Atelier du Futur Animation initiée par Robert Jungk dans les années 70 en Allemagne, l’atelier du futur questionne la notion même de prospective, et permet aux participants de réinventer le futur à leur échelle et de façon concrète. Trois temps distincts le composent :

  • 1- Un premier temps d’état des lieux critique de la situation, construit en libérant la parole dans une lecture des forces et des faiblesses de la problématique, dans l’acceptation des controverses.
  • 2- Un second temps d’utopie et de créativité, de recueil des idées des plus terre à terre aux plus imaginatives.
  • 3- Un troisième temps d’élaboration de scénarios et de maquettage, partant de la matière produite, allant du souhaitable au possible.